Vie d'expat Vivre mieux

Témoignage d’une trentenaire désabusée

good morning montreal

Qu’est ce que tu voudras faire quand tu seras grande ?

C’est fou comme cette question revient sans cesse. Je me souviens lorsque j’étais petite avoir posé cette question à mon père, qui m’a répondu qu’il ne savait toujours pas ce qu’il voulait faire lorsqu’il serait grand. Moi quand j’étais petite, je rêvais d’être chorégraphe, styliste, journaliste et avocate. Dans la vingtaine, je me voyais faire une grande carrière dans la communication et le marketing, vouer ma vie au travail et gagner beaucoup d’argent ! Si vous saviez à quel point la déception a été grande. Oui, j’ai travaillé dans la com’ à gagner des peanuts et à être traité comme de la marde !

girl rupaul work it gurl ru paul

Aujourd’hui à presque 30 ans, alors, qu’il est temps pour moi de changer d’emploi, je me demande encore ce que je voudrais faire lorsque je serai grande ! L’autre jour avec mon amie L. qui a une « belle » place dans une grande compagnie, on a eu cette conversation, sur le fait que notre génération se cherchait un avenir qui a un sens. Alors que nos parents auraient rêver d’intégrer la grande entreprise avec ses 3 semaines de congés, ses REER, son assurance maladie etc. Nous trentenaires désabusés, on est prêt à quitter des conditions d’emploi avantageuses pour avoir un job qui nous prend aux tripes. On veut plus qu’une bon job. On veut une job pour lequel on se sent utile alors que nous avons grandi dans un monde de futilités. On veut une job qui nous stimule, qui nous challenge, qui est en accord avec nos valeurs, une job qui a du sens. L’argent est important mais la qualité de vie l’est encore plus. Est-ce que l’on en demande trop ?!?

trentenaire désabusée

credit photo

Fait-on partie d’une génération qui veut tout et dans les meilleures conditions ?! Est-ce que je devrai me contenter d’un job dans lequel je ne m’épanouie pas et que je devrai m’estimer heureuse d’avoir une job « stable » ?
Bref, internautes, comme chaque personne arrivant dans une nouvelle dizaines, je me cherche ! Après 3 ans, passée dans un job « alimentaire », j’ai l’impression d’avoir régressé, d’avoir perdu mes compétences en com’ et de plus rien valoir ! Alors si je peux te donner un conseil, c’est qu’un job alimentaire, on sera tous amener à en faire un à un moment donné mais surtout ne t’y installes pas trop car il sera difficile ensuite d’en sortir et surtout de trouver des nouvelles compétences à ajouter à ton CV. Puis pour ma part, je vais continuer à réfléchir à ce que je vais faire quand je serai grande…

Si tu connais cette situation et que tu as envie de m’apporter tes conseils, n’hésites surtout pas !

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Keeks
    11 février 2017 at 10:43

    On vit tous un peu ça. J’ai 27 ans (bientôt 28), j’ai travaillé dans des boulots stimulants mais pas très payants (surtout comme travailleur autonome) et aujourd’hui je commence à avoir envie de stabilité, donc possiblement de grande entreprise, mais sans écorcher mes valeurs…Pas facile!

    • Reply
      Audrey
      21 février 2017 at 4:40

      Merci Keeks pour ton commentaire. La vie est une succession de choix et de compromis, il faut trouver le bon équilibre entre les 2 ! 😉

  • Reply
    Vivre au Quebec : terre d'opportunité - Good Morning Montréal
    23 octobre 2016 at 2:39

    […] #Crise de la trentaine / Montréal, il faut qu’on parle / La Mauricie / Montréal à vélo […]

  • Leave a Reply

    %d blogueurs aiment cette page :